Les Accrochages
Les autres accrochages

23 AVRIL - 5 JUILLET
De icône à l’anglais icon, de l’image sainte au signe visuel, de l’image sacrée et vénérée au symbole, le 14ème accrochage de Maison Particulière interroge aussi bien les significations mentales que les figures emblématiques des icônes.
Icones_1Icones_2Icones_3
Icones_4Icones_5Icones_6
Icones_7Icones_8

Traversant les époques et les styles, balayant les goûts et les amours de chacun, Icône(s) se veut aussi iconoclaste. Il est rare dans un accrochage de retrouver côté à côte des icônes religieuses, de la bande dessinée et de l’art contemporain. C’est pour cette raison qu’Icône(s) est au pluriel, et au singulier. Au pluriel, car il y a les icônes religieuses (chrétienne, hindouiste, ou bouddhiste), les figures incontournables de l’histoire (moderne ou ancienne), les maîtres à penser, les héros de la mythologie ou de la bande dessinée … Au singulier, car elles ont un point commun : le pouvoir de l’image, cette « présence agissante » qui incarne « l’âme la plus profonde » des hommes.*

Maison Particulière affectionne les propositions inhabituelles qui témoignent des visions personnelles de ses invités : les collectionneurs, l’artiste et l’invité littéraire. Tous ont « commenté personnellement » Icône(s).
Le duo d’artistes convié, Pierre et Gilles, a volontairement et spontanément choisi le mélange des genres « que l’on retrouve dans la culture populaire indienne » où se côtoient sur les étalages des marchands de cartes postales,  dieux indiens et saints catholiques, Bruce Lee et JFK. C’est un beau voyage dans leur imaginaire.
Pour faire écho aux œuvres de Pierre et Gilles, quatre couples de collectionneurs avec des œuvres choisies, par eux. Quatre couples de collectionneurs aux sensibilités différentes, mais pourtant liés par leur passion.
Ils ont tous enrichi par leurs visions personnelles ce que Icône(s) veut dire et en choisissant des œuvres emblématiques, comme un aperçu de leur collection.
La Bande Dessinée, invitée grâce à Charlotte et André Querton, est un saut dans notre enfance, mais surtout un éblouissement. Depuis que l’homme existe, l’image existe, bien avant l’écriture. C’est dans ce sens que doit se comprendre la collection Querton, celle de planches originales de bande dessinée, « pour y trouver le geste originel de l’artiste. »
Cookie et Cédric Liénart de Jeude abordent la richesse des artistes contemporains qui mettent en cause, renouvellent et interpellent la notion d’Icône(s). « Chaque médaille à son revers », entre aspiration à la perfection et mise en garde contre l’aveuglement des croyances, car croire n’est pas savoir...
Les croyances, et avant tout la religion chrétienne, sont essentiellement abordées à travers des œuvres de la collection de Béatrice et Philippe le Hodey ; Saintes du Moyen Âge, Icônes russes et peintures du XVIème sont confrontées aux regards des artistes contemporains.
Enfin, l’art d’aujourd’hui et d’hier, avec notre collection. Nous avons avons choisi des œuvres dans un esprit curieux, ludique et amusé. Clin d’œil aux Ménines, fascination pour les bouddhas, passion pour l’archéologie… L’art comme culte et les icônes comme miroir de notre époque.

Pour finir, l’indispensable regard littéraire, cet art de l’écrit au service de l’art du visible, avec Jean-Claude Simoën. C’est un homme fondamentalement curieux, follement passionné, terriblement et sérieusement amusé par le monde qui l’entoure. Fondateur de la Collection des Dictionnaires amoureux aux éditions Plon, Jean-Claude Simoën a réalisé un « carnet de notes parallèles » rempli de ses amours littéraires et de ses pensées vagabondes, inspiré par les œuvres d’Icône(s).
Paul Valéry, Voltaire et Chateaubriand, Beauvoir et Yourcenar, Flaubert ou encore Malraux, sont les auteurs emblématiques et captivants, pour ne pas tous les mentionner, conviés par Jean-Claude Simoën.

Icône(s) « colle » au monde du parfum et, pour l’évoquer par une senteur, pour laisser une trace sensorielle de l’accrochage, Maison Particulière a fait appel à Luc Gabriel - Maison de Parfums The Different Company. Des « œuvres de référence » ponctuent notre imaginaire, des fragrances intemporelles sont devenues iconiques : N°5, Shalimar… Créées par des « nez », des personnalités et des créateurs, à l’abri des regards, ces senteurs font souvent appel à nos mémoires sensorielles: qui n’a pas succombé aux charmes envoûtants d’une odeur, aux souvenirs d’un lieu, d’une personne, d’un moment que l’on croyait enfouis, ressurgissant par la grâce d’un sillage parfumé ?
Pour Icône(s) Luc Gabriel a choisi d’associer deux créations, deux parfums, démarche singulière s’il en est. L’un élaboré par Jean-Claude Ellena, l’autre par sa fille Céline. S’y mêlent les senteurs de l’encens et du cèdre.

Maison Particulière, c’est l’art de vivre avec l’art, avec les arts décoratifs et les arts visuels, symboles des passions multiples des collectionneurs. Dans cette démarche, un choix de mobilier original a été réalisé pour Icône(s) par Yves et Victor Gastou. Une console, une table basse, un miroir, d’autres pièces de mobilier encore, signées par certains des plus emblématiques designers du XXème siècle comme Ettore Sottsass, Paul Evans ou Pierre Cardin, ponctuent les salons de Maison Particulière.

Icône(s) est une expérience émotionnelle absolue. Dans l’écrin de Maison Particulière, les émotions suscitées sont multiples, la démarche est totale, le plaisir est entier ; le nôtre pour le réaliser, le vôtre pour le vivre.

Myriam et Amaury de Solages



*René Huyghe, Dialogue avec le visible, 1955
Les invités

Les collectionneurs

  • Béatrice et Philippe le Hodey
  • Cookie et Cédric Liénart de Jeude
  • Charlotte et André Querton
  • Myriam et Amaury de Solages

Les artistes

  • Pierre et Gilles     

 

L'invité littéraire


  • Jean-Claude Simoën