Les Accrochages
Les autres accrochages

19 JANVIER - 24 MARS
Entre frivolité et virtuosité, désinvolture et élégance, éphémère et transparence, où se situe la Légèreté?

N’est-elle pas au cœur du paradoxe qui habite la condition humaine?

Legerete_8Legerete_10Legerete_3

Legerete_9LgretLegerete_2Legerete_5Legerete_4Legerete_6

«L’insoutenable Légèreté…», comme nous le dit si bien Kundera, nous entraine à la méditation mais aussi au rire. Être léger, n’est-ce pas être totalement libre? Libéré des contraintes et des carcans sociaux? Les artistes, à travers leur recherche, ne nous donnent-il pas là la leçon suprême de l’existence, seulement atteignable par leur regard distancié, aérien et provocant?

Les œuvres exposées dans le troisième accrochage de Maison Particulière, grâce aux collectionneurs qui se sont avec nous prêtés au jeu de dévoiler leurs sensibilités à travers leurs choix personnels d’œuvres, montrent d’une façon harmonieuse la diversité de la notion de Légèreté. Un point d’interrogation nous a permis ici, non pas de montrer des visions contraires mais d’étranges correspondances.

Danuté et Alain Mallart, parmi tous les possibles de la «légèreté ?», ont préféré «centrer leur choix sur la légèreté considérée comme un envol, une aspiration à l’apesanteur et l’élan». Mais avec l’humour et la légèreté qui les caractérisent si bien, ils ont pris au vol le point d’interrogation pour élargir leurs propositions à des œuvres chargées d’ironie et d’interpellation.

Le point de départ de la réflexion de Maurice van Valen concernant «légèreté ?» est l’affinité qu’il entretient avec des œuvres qui, tout en traitant de sujets sérieux, les transforment en anecdote. Cette légèreté, fortement liée à l’humour, à la dérision et à la pointe d’ironie qui s’en dégage, est également présente dans une série d’œuvres plus «détendues, poétiques et optimistes».

La relation intime que Pierre Marie Giraud entretient avec les œuvres qu’il apprécie se traduit dans son désir de les partager dans le «silence» et la «méditation». Un aspect fondamental de sa démarche d’amateur d’art se trouve dans la contemplation des objets qu'il aime et qui lui rendent «la vie plus légère».

Légèreté comme la virtuosité de l’artiste face à son art, la maitrise du geste et de la matière, la conscience avant la connaissance, sont magistralement exprimés par Pablo Reinoso, artiste argentin vivant à Paris. Tel un poète: «face au vertige de voir pour ne pas reculer devant le savoir qui se présente, énigmatique ou évident, devant soi».

Notre cher invité littéraire, Marcel Croës, amoureux du cinéma «par excellence», qui regarde la vie à travers ses films, ses livres favoris ou ses opéras de prédilection, nous donne l’immense plaisir de partager son érudition avec une sélection de textes allant de Prévert à Schônberg, de Lao Tseu à Kafka, ou encore des extraits de livrets d’opéras de Verdi ou Monteverdi, illustrant ainsi sa grande curiosité et son sens de l’épicurisme. Comme il nous le dit si bien, «Mon idée de la légèreté s'incarne idéalement  dans les films d'Ernst Lubitsch». Allons donc voir ou revoir «Sérénade à trois» et «Haute pègre».

Quand à nous, il nous est impossible de vivre sans «légèreté». Être sérieux tout en se moquant de soi même. Nous sommes particulièrement sensibles aux œuvres poétiques et aériennes, aux artistes qui traitent de la dérision tout en nous permettant d’aborder la vie et ses mystères, «l’air de rien», avec humour.

Merci donc, à Mr. et Mme Alain Mallart, Mr. Maurice Van Valen, Mr.Pierre Marie Giraud, nos amis collectionneurs; à Mr. Pablo Reinoso, fascinant et poétique artiste argentin; et à Mr. Marcel Croës, éminent spécialiste de cinéma, d’opéra et formidable érudit littéraire, d’avoir tous eu la grâce et la «légèreté» de participer avec nous à cet accrochage.

Amaury et Myriam de Solages
Les invités

Les collectionneurs

  • Pierre Marie Giraud
  • Alain et Danuté Mallart
  • Maurice van Valen
  • Amaury et Myriam de Solages

L'artiste

  • Pablo Reinoso

Le point de vue littéraire

  • Marcel Croës